<We_can_help/>

Une recherche sur le site ?

Et après ?

Parce qu’après, il y aura l’après.

Nous vivons actuellement une « crise » planétaire exceptionnelle qui nous oblige à faire preuve de résilience, à nous ré-inventer. « On apprend en marchant »… Et nous la vivons au jour le jour sans savoir ce que l’avenir nous réserve… et c’est peut-être une bonne chose ! Cela signifie que nous pouvons (presque) partir d’une feuille blanche, écrire ENSEMBLE l’Après !
Au-delà des polémiques, des préjugés ou encore de l’angoisse générée par la situation actuelle, laissons-nous rêver, c’est un don à portée de tous, qui ne connait pas de limites et nous offre le champ des possibles. TEDxNantes a souhaité créer un espace de témoignages pour tous ceux et celles qui le désirent.
Qu’est-ce que cette (més)aventure nous apprend ? Que change-t-elle en nous personnellement et profondément ? Venez, en toute bienveillance, partager vos doutes, vos espoirs, vos attentes pour Demain. Peut-être que certains témoignages viendront nous faire réfléchir, d’autres nous mettre du baume au cœur… En tout cas, nous l’espérons.
NB : Il ne sera pas possible de commenter les témoignages. L’objectif n’est pas de lancer de débats car nous sommes tous Uniques autant que le sont nos idées. Aucune injure, propos diffamatoires ou racistes, ne seront tolérés.

J'ai pris conscience que c'est déjà maintenant que je construis mon "Après", notamment sur une thématique qui m'est chère : l'agriculture. Alors je consolide mes habitudes de consommation (bio, local, de saison), je mets les mains dans la terre pour cultiver mon jardin, je sensibilise mon entourage sur le sujet.

Sandra

Alors je pose tout à plat devant moi et je regarde, j’observe, sidérée devant l’aberration. Être dans le faire me permet d’éviter d’être à genoux de défaite. À genoux, je le suis pourtant, d’une prière muette et sans dieu, dans l’espoir que nous serons meilleurs.

Emmanuelle

Aujourd’hui, je vois de la solidarité, de la fraternité, des valeurs émerger et se renforcer, certaines combattant le côté sombre qui veut percer, régner. De mon prisme, donc, c’est aujourd’hui que nous préparons demain (l’Après).

Sonja

Il est certain qu'il y aura un après dans la façon de concevoir nos rapports sociaux et notre rapport à l'environnement. Maintenant il va falloir que chacun s'engage concrètement...

Damien

Je pense que cette situation nouvelle m'oblige à lâcher prise, à être plus tolérante envers moi-même et mon entourage. A défaut de pouvoir contrôler la situation, je dois la prendre telle qu'elle, voir même "l'accueillir" pour ne pas être frustrée ou en colère à longueur de journée.

Marion

Partagez-nous votre vision !

 
 
 
 
 
 
Les champs marqués avec un * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Il se pourrait que votre message n’apparaisse qu’après que nous l’ayons vérifié.
Nous nous réservons le droit de modifier, de supprimer, ou de ne pas publier les messages.

----
7 messages.
Sandra DUBUISSON Sandra DUBUISSON de Nantes a écrit le 27 avril 2020:
J'ai pris conscience que c'est déjà maintenant que je construis mon "Après", notamment sur une thématique qui m'est chère : l'agriculture.
Alors je consolide mes habitudes de consommation (bio, local, de saison), je mets les mains dans la terre pour cultiver mon jardin, je sensibilise mon entourage sur le sujet.

Et au global, je rêve d'un "monde d'après" plus riche en temps libre qu'en temps de travail.
Pour profiter pleinement de sa famille, ses amis, de l'amour.
Pour apprendre, imaginer, créer (son potager^^), contempler.
Pour remettre en cause, repenser l'établi, reconstruire en mieux.
Pour tout simplement vivre l'aventure de la vie sans devoir "courir après le temps".
Emmanuelle Emmanuelle de LES SABLES D'OLONNE a écrit le 24 avril 2020:
J’ai envie d’un Après. Différent de l’avant.
Pourtant je n’ose croire qu’il aura lieu, car cet avant j’y ai collaboré. Je n’ai pas été assez persuasive et communicante sur ce que je ne voulais plus. J’ai moi aussi vécu dans un confort mou et inacceptable pour cette planète et les humains qui la peuplent. Je n’ai pas suffisamment milité pour prendre en considération la finitude de notre monde et l’épuisement de nos ressources.
Malgré l’amour que je porte aux humains, je doute d’eux comme de moi. Tant d’informations me prouvent aujourd’hui 24 avril 2020 que les principaux acteurs économiques historiques souhaitent reprendre leurs activités en abaissant encore leur niveau d’exigence environnementale.
Alors je pose tout à plat devant moi et je regarde, j’observe, sidérée devant l’aberration. Être dans le faire me permet d’éviter d’être à genoux de défaite. À genoux, je le suis pourtant, d’une prière muette et sans dieu, dans l’espoir que nous serons meilleurs. Pour féconder cet Après de ce que nous voulons vraiment, Après...
Géraldine Géraldine de Nantes a écrit le 15 avril 2020:
Et après ? Avant toute chose, aller faire de longues promenades au bord de la mer et serrer mes proches dans mes bras.
Viendra ensuite le temps de la reconstruction, je l'espère très fort, basée sur de nouvelles valeurs et avec des nouveaux objectifs : préserver la planète et ses habitants,...
Un autre des mes souhaits les plus chers serait que les entreprises aient appris de ces semaines et accompagnent désormais leurs collaborateurs vers un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle.
Ronan Ronan de Nantes a écrit le 14 avril 2020:
Cette crise nous fait insidieusement entrer dans une nouvelle ère. Autant de cerveaux, que d'idées, mais avec à la clé une seule solution : celle de construire un nouvel "après" basé sur des valeurs plus respectueuses, plus humanistes et surtout basé sur l'humilité. A force de "trop", on en paie les conséquences. Certains oublient vite, on oublie vite. Mais l'environnement, nos empreintes, elles, restent longtemps. A nous de choisir et de réinventer une nouvelle donne !! Toute une vie, de nouvelles générations sur lesquelles compter. 2 mois de confinement auront-ils suffit ? Je l'espère. Le "mouvement ne fait que commencer"... mais que c'est enthousiasmant aussi !
Sonja Sonja de Nantes a écrit le 14 avril 2020:
La citation de Paul Klee, de mêmes origines que moi, artiste que j’admire beaucoup, résume mon avis sur l’Après : "Un monde heureux suscite un art ancré dans l’ici et maintenant."
Aujourd’hui, je vois de la solidarité, de la fraternité, des valeurs émerger et se renforcer, certaines combattant le côté sombre qui veut percer, régner.
De mon prisme, donc, c’est aujourd’hui que nous préparons demain (l’Après).
Commençons à agir maintenant et n’attendons pas. Car après, ce sera trop tard ou jamais…
Etienne Etienne de Nantes a écrit le 14 avril 2020:
Mon "Après" ? Retourner travailler, retourner au marché, aller au restaurant, voir les amis. Et peut être continuer de télé-travailler certains jours, repenser mes relations aux autres, au temps, à moi 😉.
Et puis continuer de contribuer à toutes ces initiatives et solidarités lancées "Pendant" et qui continueront, je l'espère "Après".
Damien Damien de Nantes a écrit le 13 avril 2020:
Il est certain qu'il y aura un après dans la façon de concevoir nos rapports sociaux et notre rapport à l'environnement. Maintenant il va falloir que chacun s'engage concrètement, que le mouvement solidaire qui se développe autour de nous ne retombe pas aussi vite qu'il s'est mis en place. Il ne faut pas laisser la place à ceux qui développent la peur, et le rejet des autres. C'est par l'action de chacun, la mienne, la votre, que nous pourrons soutenir un effort collectif qui amènera un vrai changement. Donc à chacun de se dire comment je peux changer maintenant, et comment je peux contribuer à la collectivité dans le sens de mes valeurs.